Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans un livre récemment publié par les éditions La Fabrique, Premières mesures révolutionnaires, Eric Hazan et Kamo interrogent les dispositions à prendre pour qu’une insurrection ne flanche pas une fois les premiers foyers allumés. En clair : comment « créer l’irréversible », éviter le « retour à la normale » ? Pistes de réflexion.

 

C’est une situation qu’on a connue à plusieurs reprises : contre une nouvelle offensive néo-libérale, un mouvement social massif affirme sa puissance, dépasse la revendication initiale qui lui a servi de déclencheur, semble sur le point de remettre en cause l’ordre existant. Les dirigeants politiques hésitent, la fragilité des institutions apparaît. Puis tout s’effiloche, et les conditions de la reddition sont laissées à ceux qui seront toujours là pour gérer nos défaites, les syndicats et les politiciens. L’ordinaire de la soumission reprenant ses droits, on dirait qu’il ne s’est jamais rien passé…

Quel sens donner aux étranges échecs des dernières décennies ? Le personnel politique rivalisant de servilité au service du discours néo-libéral et le camp des derniers réformistes n’ayant à proposer que des utopies régressives (protectionnisme et ré-industrialisation), il est patent qu’il n’y a plus de place aujourd’hui pour aucune sorte de réforme du capitalisme tardif. La seule autre option étant de se battre pour une autre société, on se heurte à l’impossibilité de l’envisager sérieusement. L’inexistence d’un imaginaire de la révolution à venir est l’un des principaux obstacles à son retour dans l’histoire.

UN LIVRE INTEMPESTIF

Saluons donc la parution de Premières mesures révolutionnaires (PMR), exercice d’audace bienvenu dans une période où, grâce notamment à la racaille politicienne et à ses éditorialistes, l’espace public est occupé par le racisme rurbain, les exactions des ligues fascistes et celles de la police démocratique. Hazan et Kamo vont peut-être un peu vite en besogne quand ils soutiennent qu’en France « les conditions sont aujourd’hui réunies pour une évaporation du pouvoir sous l’effet d’un soulèvement et d’un blocage général du système comme décrit dans L’insurrection qui vient  » (p. 31). Pour l’heure, en Europe, face aux écrasantes politiques d’appauvrissement des pauvres, les manifestations massives et les émeutes restent sporadiques, et la résignation et la peur entretenues par la propagande de la « crise » semblent dominer. Mais la réapparition du peuple destituant sur les places du monde, de Sidi-Bouzid à Taksim et de Tahrir à la Puerta del Sol, incite à ne pas considérer la passivité comme éternelle. « Un sujet de Louis XVI à qui l’on aurait parlé de révolution en mars 1789 aurait sans doute été bien sceptique […]. Il aurait admis que la situation était préoccupante […]. Il aurait gémi devant tant d’inégalité et d’oppression. Mais le trône […] lui paraissait sans doute plus éternel qu’aujourd’hui l’économie de marché. » (p. 26)

PMR se confronte à la question centrale des insurrections : comment « créer l’irréversible » ? Le livre refuse à juste titre la notion de « période de transition ». Depuis 1917, elle a permis, à de nombreuses reprises, le retour sous un masque nouveau (« prolétarien » ou « populaire ») des anciennes formes de domination. Contre les discours léninistes prônant une soi-disant « efficacité » qui passerait par la prise du pouvoir étatique, PMR montre de manière concrète comment la transformation sociale serait notre arme principale. Retirer aux dirigeants les instruments de leur puissance (dossiers, locaux, transmissions, etc.), les voir dépouillés des attributs de leur pouvoir, serait en effet bien plus efficace que de les fusiller.

La technique n’est jamais neutre, elle est toujours le produit d’une société particulière et de ses besoins. PMR montre ainsi que le démantèlement de l’ordre existant passe par le détournement de dispositifs concrets. Pour prolonger cette réflexion, on observera qu’il ne s’agirait pas seulement de détourner, mais aussi, beaucoup, de détruire. Par exemple, les fichiers et les systèmes de vidéosurveillance. Il ne manquera pas de bons esprits pragmatiques pour suggérer qu’on pourrait conserver les bases de données de la DCRI pour savoir qui était indic, celles des banques pour connaître le détail des infamies bourgeoises, et qu’on pourrait utiliser les caméras pour surveiller les agissements contre-révolutionnaires. Comme le montre l’utilisation des archives de la Stasi après la chute du mur de Berlin, l’emploi d’un tel matériel signale simplement qu’on reste dans la continuité d’une conception juridico-policière des relations humaines. On reconnaîtra la profondeur du bouleversement en cours au désintérêt que suscitera un passé ignominieux.

Des systèmes de surveillance proliférant, on peut dire la même chose que de l’énergie nucléaire ou des OGM, des nanotechnologies, de bien d’autres monstruosités dont le développement échappe de plus en plus à tout contrôle : il n’y en a pas d’usage humain possible, il faut seulement trouver la manière la plus rapide et la moins dangereuse de les anéantir. Créer l’irréversible signifierait entre autres détruire de grandes quantités de données, des plus anciennes (cadastre et archives notariales) aux plus modernes (enquêtes d’opinion et informations individuelles stockées par les services étatiques, les réseaux sociaux et les moteurs de recherche). Avec la fin du totalitarisme numérique, les humains récupèreraient, entre tant d’autres capacités, celles de rêvasser, d’oublier, de se perdre, d’être injoignables.

Nous savons que nos difficultés à imaginer une autre société tiennent aux limites du vieux monde et qu’elles reculeront au fur et à mesure qu’un autre naîtra, mais certaines questions abordées par PMR auraient mérité davantage d’efforts d’imagination. Notamment sur l’exercice de la force, les échelles de souveraineté, l’effacement de l’argent.

L’EXERCICE DE LA FORCE

Même s’il ne manque pas d’exemples d’offensives des puissances d’émancipation ayant eu des effets durables pratiquement sans effusion de sang (comme 1968 ou la chute du Mur), il est difficile de concevoir que s’amorce une sortie du capitalisme sans que l’Empire1 ne réagisse, à un moment ou à un autre, avec ses énormes réserves de violence. Des tirs ciblés des drones aux bombes à neutron qui éliminent les vivants en conservant le capital fixe, les Versaillais du XXIesiècle disposeront d’une puissance de feu sans comparaison avec leurs ancêtres du XIXe. Et leurs capacités de diabolisation médiatique seront infiniment supérieures à celles des journaux lus par les bourgeoises qui crevaient les yeux des prisonniers communards. On l’a maintes fois répété : la révolution n’est pas la guerre, qui reste toujours l’apanage des États. Le sort de la Syrie montre que la dégénérescence en guerre civile signifie toujours la fin de la révolution.

Comment désamorcer la violence militaire-étatique sans l’affronter directement ? On peut présumer que parmi les mercenaires du capitalisme, il y aura des défections et qu’un effet d’attirance fonctionnera au fur et à mesure qu’une vie nouvelle s’affirmera. Mais cela suffira-t-il ? Ne pas avoir de réponse n’interdit pas de mesurer l’ampleur de la question.

L’effacement de l’État n’entraîne pas automatiquement le règne de la liberté, comme le montre une partie de l’Afrique, de la Somalie au Congo en passant par la Centrafrique. La société nouvelle n’ayant de chance de s’imposer qu’à l’échelle mondiale, et vu l’immense variété des situations et des rapports de force sur la planète, il faudra au moins des décennies pour que la radicale nouveauté s’impose. Des formes d’émancipation surgiront sous des masques inattendus2. Mais il est également probable que dans ces marmites de l’avenir que Marx refusait de fournir mais que l’histoire fera forcément mijoter, bouillonneront aussi des mélanges étranges et parfois méphitiques. Quand une cité, après avoir instauré le règne de la gratuité et de la liberté entre ses membres, décidera de se lancer dans un pogrom anti-roms, ou que la Commune victorieuse dans telle région pratiquera la razzia dans les pays environnants comme les hussites depuis leur utopique Tabor du XVe siècle, il faudra bien que les autres Communes exercent dans l’urgence une contre-violence. On n’a pas ici de recette à proposer, seulement cette certitude : la révolution ne pourra se faire que sur le fil, à deux doigts de la barbarie.

ÉCHELLES DE SOUVERAINETÉ

À côté d’une très utile critique du formalisme démocratique et du vote comme « échec à s’entendre », PMR prend position pour une relocalisation de la souveraineté populaire : « C’est à l’échelle des villages et des quartiers, du moins à une échelle localisée, que peut émerger une nouvelle façon collective de mettre en adéquation les besoins et les moyens de les satisfaire. » (p. 61) L’échelle locale semble en effet la plus propice à la réappropriation collective de nos vies, à travers l’acquisition de l’autonomie individuelle et collective, et l’expérimentation de comportements étrangers au démocratisme parlementaire. Mais l’adéquation des besoins et des moyens ne peut s’opérer seulement à cette échelle. Sans la réappropriation-transformation des réseaux trans-locaux et trans-nationaux, le local serait condamné à une autarcie mortifère, aussi bien matériellement (quelle que soit l’ampleur de la relocalisation possible de la production et de l’énergie, des flux venus d’ailleurs demeureront indispensables) que spirituellement (que seraient nos vies sans le contact avec les rêves, les chants, les œuvres de nos amis togolais, papous, nord-américains ou chinois ? De tout petits trucs rabougris). Comment faire fonctionner ces réseaux sans recréer une structure étatique ? « La ligne de partage, dit PMRentre ce qui peut se régler ici et maintenant et ce qui relève d’un échelon plus élevé est facile à tracer. » Admettons, même si le problème choisi, celui des dispensaires, ne trouve, pour illustrer la solution exposée, que l’exemple cubain, révolution menée par un parti dictatorial. Mais demeure entière la question du rapport entre les différents échelons de décision. C’est une bonne chose de laisser au local la tâche de créer les dispensaires, mais comment se décidera la répartition du matériel nécessaire, presque toujours produit ailleurs ? En fonction de quels critères ? Comment éviter que les intérêts particuliers l’emportent sur la supposée bonne volonté générale ? Comment empêcher les indispensables réseaux nationaux et internationaux de redevenir une structure étatique ? Encore une fois, l’ampleur de la question ne doit pas empêcher de la poser.

L’ARGENT

« Renvoyer l’argent aux marges de la vie » : tel est le programme avancé par PMR. Mais si l’on conserve l’argent, comment éviter que certains l’accumulent et acquièrent du pouvoir sur ceux qui n’en ont pas ? Comment rompre avec l’un des affects essentiels du capitalisme, le sentiment du manque, puisque « tant qu’il y aura de l’argent, il n’y en aura pas assez pour tout le monde » ?

Après une bonne critique de la raison économique, on regrette que l’analyse des points d’appui d’un dépassement de la « dictature de la mesure » s’arrête sur le plateau de Millevaches et la commune andalouse de Marinaleda. Les réseaux sur lesquels se sont appuyés le groupe de Tarnac et ses amis pour, par exemple, construire et transporter gratuitement une maison à Notre-Dame-des-Landes, n’étaient pas seulement constitués de nouveaux arrivants. À côté de détestables comportements de petits propriétaires, il subsiste dans ce qui reste de civilisation paysanne de solides habitudes d’entraide. De même, dans les quartiers que ne domine pas totalement le business : on y échange gratis des bons procédés, depuis les recettes de cuisine jusqu’à l’alerte anti-flics. L’espace de la gratuité et de la liberté développé sur Internet mérite toujours d’être défendu contre les tentatives de contrôle étatique et de mise au travail par les multinationales du numérique. Socialité des campagnes, des quartiers, d’Internet : autant de points d’appui possibles pour inventer des rapports sociaux permettant de faire circuler les productions sans la mesure de l’argent.

L’humanité a vécu beaucoup plus longtemps sans argent qu’avec, et il subsiste encore bien des espaces, réels ou virtuels, dans lesquels il n’intervient pas. Mais vérifier qu’une vie sans argent a été possible et l’est encore dans certains interstices ne saurait suffire à la restituer dans sa plénitude. Qu’est-ce qui nous poussera à envoyer nos tomates ou nos panneaux solaires ailleurs, à des gens que nous ne connaissons pas, lorsqu’aura disparu le vil attrait de l’or ? Le prestige, comme chez tant de nos ancêtres ? Peut-on en finir avec la notion même d’échange ? En tout cas, on ne voit pas comment on pourrait sortir du capitalisme sans en finir avec l’équivalent général.

Avancer sur les questions ici soulevées ne pourra être qu’une œuvre collective. Comme le dit la quatrième de couverture de PMR : « Quant à la force, nous la constituerons en discutant, en amendant ce plan, en en formant un meilleur. »

Tag(s) : #Bibliographie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :