Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au cours d’une interview récente sur une radio publique nationale à Juneau (Alaska), on m’a demandé si j’avais des conseils pour un étudiant palestinien de 16 ans nommé Haitham.

Il venait d’arriver aux États-Unis dans le cadre d’un programme d’échange scolaire et, de façon admirable, s’était mis à contacter ses pairs dans son école et dans d’autres pour leur enseigner la Palestine, son peuple et le combat qu’il mène pour sa liberté et ses droits. Je n’avais pas assez de temps pour faire passer grand-chose à Haitham, dont la voix exprimait la personnalité d’un jeune homme aimable, intelligent et motivé. Et comme on m’a posé cette question plus d’une fois, surtout des jeunes gens en Palestine, voici quelques réflexions issues de ma propre expérience, et rien d’autre.

Réduisez votre ego en cendres

« Ego » est le terme latin pour « moi », mais ses connotations sont partagées par toutes les langues. Si un militant n’apprend pas à contrôler son ego, il risque de pâtir de multiples conséquences, peut-être même d’échouer dans sa mission. Le militant, et en particulier celui qui représente une cause considérée comme « controversée », va se retrouver l’objet d’attaques répétées et d’accusation sans fondement ciblant son « moi » [« ad hominem »] et non pas ses idées.

Il y aura ceux qui tenteront d’éroder votre confiance et il y aura aussi ceux qui encenseront votre succès voire votre héroïsme. Les deux sont dangereux pour l’ego, car susceptibles de dérégler l’équilibre nécessaire pour vous garder concentré et engagé en tant que membre d’une communauté plus vaste, et de garantir que votre comportement et votre conduite restent éthiques.

Définissez et intériorisez votre message

On est facilement tiraillé dans toutes sortes de directions qui peuvent nous couper de notre mission de départ. Pour être sûr de toujours retrouver votre point de départ, il faut que vous soyez clair sur ce que vous défendez et pourquoi. Il est donc essentiel de définir votre cause, en premier lieu pour vous-même, avant de la présenter aux autres. Intériorisez-la comme une partie durable de votre caractère avant de vous retrouver devant une assemblée, de tenir un micro ou de brandir un drapeau. Si vous n’êtes pas intégralement convaincu de votre message, vous ne serez pas capable d’exercer une influence sur les autres.

Soyez guidé par des valeurs universelles et par les droits de l’homme

Même si votre message se rapporte à une cause locale, trouvez l’aspect universel de votre motivation à impulser un changement, et cramponnez-vous à lui. « Une injustice où que ce soit est une menace pour la justice partout » a dit Martin Luther King Jr. Si vous adhérez à cette seule notion, vous saurez que vous restez dans le vrai, non pas seulement pour votre cause mais pour toutes les valeurs sous-jacentes qui lui donnent sens. Les droits humains universels peuvent toujours servir de jauge pour évaluer des questions dans un cadre moral plus large.

Trouvez un cadre de référence - ayez de l’empathie avec votre public

Il n’incombe pas tant à votre public qu’à votre propre responsabilité d’être en relation avec son cadre de références : son histoire, sa réalité politique et d’autres dynamiques qui y sont opérantes et contrôlent sa société. C’est seulement ainsi que vous pourrez tailler sur mesure vos paroles et vos attentes – et jamais par la seule moralité de votre message – d’une manière qui soit compréhensible à ce public et qui lui permette d’éprouver de l’empathie et d’agir en fonction d’elles.

Humanisez mais ne sacralisez pas votre sujet

Qu’une cause soit valable ne servira à rien si elle est trop éloignée ou déconnectée des gens. Il est essentiel que vous donniez à votre public l’occasion de se relier à votre cause comme étant celle de personnes avec des noms et des histoires qui soient belles et source d’inspiration, mais qui soient également éprouvntes et complexes. Il importe toutefois que ne présentiez pas non plus un récit sacralisé – donc irréaliste – car votre public vous désavouerait et mettrait en doute votre crédibilité. Humanisez votre sujet, mais restez vraisemblable dans votre présentation.

Soyez cultivé, recherchez l’intelligence et gardez-vous des idéologies

L’éducation et la culture vous donneront accès à des tribunes qui sans cela vous seraient inaccessibles. Elle vous procureront, à vous et à votre message, l’articulation dont avez besoin pour élargir votre cercle de sympathisants. Mais vous êtes aussi un intellectuel.

Une bonne culture est susceptible de développer votre intellect. Et si vous les abordez avec sincérité, la culture et l’intellect se nourriront mutuellement. Il n’y a pas de mal à adhérer à une idéologie que vous pouvez percevoir comme fournissant une réponse aux dilemmes que vous affrontez, mais veillez à ne pas devenir un idéologue esclave de dogmes bornés. Cela scléroserait votre intellect et réduirait votre culture à une simple plate-forme au service de causes élitistes, dénuées de valeur.

Gardez l’esprit ouvert

Si puissante que paraisse votre argumentation, si grande votre culture et si élevé votre intellect, restez humble et l’esprit ouvert. Si vous refermez votre esprit, il cessera de grandir. Vos idées finiront par être démodées, et votre aptitude à imaginer un monde au-delà de votre volonté va dépérir et mourir sous le poids de votre propre sens suffisance.

Ayez un plan d’action

Vous voulez changer le monde : cela ne suffit pas. Bien sûr c’est nécessaire, mais il faut que vous ayez une notion claire de ce que cela signifie réellement, et de la manière dont vous souhaitez le réaliser. Une telle feuille de route peut toujours vous aider à réexaminer votre travail et à réorienter vos actions, voire, le cas échéant, à changer entièrement de direction.

Ne vous laissez pas influencer par le succès

La lutte pour la justice est sans fin, de même que la lutte contre le racisme et l’inégalité. Donc dans ce contexte, un « succès » est tout relatif, par définition. Tout en reconnaissant et même en célébrant les réussites obtenues au long du parcours, laissez le « succès » n’être qu’une étape en direction d’un prochain objectif, et non un but en soi. Ainsi vous pourrez toujours rester en mouvement, avec une vision qui dépasse l’objectif immédiat pour embrasser un nouvel objectif plus important - le « rendez-vous de la victoire » n’étant qu’une idée, très convoitée mais inatteignable.

Vivez une existence équilibrée

Rien qu’en vivant votre vie vous y contribuez. Ne vous démarquez pas de votre environnement. Apprenez des fautes commises par d’autres, ou par vous-même. N’ayez pas de crainte et ne vous sentez pas coupable si vous tentez de trouver l’équilibre dans votre vie. Profitez d’une existence suffisante mais sans excès. Le combat est long, parfois difficile, mais vous êtes ici, aux côtés de millions d’autres, pour le long cours.

On dit que les gens qui vivent pour une cause supérieure sont plus heureux que ceux qui n’en ont pas. Je vous souhaite de toujours trouver votre bonheur à alléger la souffrance d’autrui en vous dressant pour ce qui est juste et honorable.

Tag(s) : #Activisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :