Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La décision (comme c’est étrange, n’est-ce-pas ?) n’a pas été relayée par les médias conventionnels, et c’est par l’intermédiaire d’internet (notamment le site al-kanz, qu’il soit ici remercié) que nous venons d’apprendre la condamnation du CRIF pour diffamation à l’encontre de nos amis du Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens (CBSP).

 

 

L’affaire remontait au mois de juin 2010, aux lendemains de la sauvage attaque perpétrée par la marine de guerre israélienne, dans les eaux internationales, contre les passagers de la Flottille de la Liberté. Neuf des participants, à bord du navire Mavi Marmara, furent assassinés, de nombreux autres blessés, et des centaines, parmi lesquels des militants du CBSP, pris en otage par l’armée israélienne.

Le « chercheur » du CRIF Marc Knobel publiait alors un article (pardon, une « enquête ») diffamatoire à l’encontre de l’association caritative, accusée ni plus ni moins que de « financer le terrorisme ».

 

Le lobby israélien considère en effet qu’il est de la plus haute importance de saper la solidarité internationale avec le peuple de Palestine, y compris lorsque cette solidarité s’exerce, en premier lieu en ce qui concerne le CBSP, sur le terrain de l’aide matérielle. Avec succès d’ailleurs, les sommes collectées par l’association se chiffrant chaque année en millions d’euros, qui soulagent d’autant le martyre du peuple palestinien.

Le CBSP avait donc porté plainte, et obtenu la condamnation du CRIF (l’auteur, Marc Knobel, et le directeur général du site crif.org, Haim Musicant, comme complice), tant en première instance que devant une Cour d’appel (celle de Nancy).

C’est maintenant la Cour de Cassation, dans un arrêt du 11 mars, qui vient de confirmer la sentence, en condamnant les deux hommes à verser 3.000 € de dommages et intérêts au CBSP.

Reste à savoir si l’institution judiciaire fera également preuve de cohérence concernant ses relations avec Marc Knobel . Ce dernier, apprend-on à la lecture de l’arrêt, assure en effet, outre son job au CRIF, des prestations de service public : il est ainsi « formateur » … à l’Ecole Nationale de la Magistrature !

Pour lire l’arrêt intégral de la Cour de Cassation :

http://www.juricaf.org/arret/FRANCE-COURDECASSATION-20140311-1380440

Tag(s) : #Palestine

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :