Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’attentat qui a fait un carnage ce mardi matin dans une école de Peshawar a été revendiqué par le principal groupe terroriste islamiste du pays, le TTP.

 

L’attaque qui a fait un carnage ce mardi matin dans une école de Peshawar a aussitôt été revendiquée par le principal groupe terroriste islamiste du pays, le Mouvement des talibans du Pakistan (Tehreek-e-Taliban Pakistan, TTP). Ce sont eux, déjà, qui avaient tenté d’assassiner la jeune prix Nobel de la paix, Malala Yousafzai, et qui ont frappé l’aéroport de Karachi en juin. Ces rebelles qui prônent la charia et l’antiaméricanisme mènent depuis 2007 une série d’attentats contre l’Etat, accusé d’être l’allié des Etats-Unis dans la région depuis les attentats de 2001. Les attaques du TTP ont fait plus de 7 000 victimes.

 

Le TTP avait jusqu’à cette année pour principal refuge les zones tribales reculées du Waziristan-du-Nord à la lisière de l’Afghanistan, épicentre de la mouvance jihadiste régionale après la chute fin 2001 des talibans en Afghanistan. Ce qui ne l’empêche pas de lancer régulièrement des attaques dans les grandes villes du Pakistan. Longtemps, le gouvernement pakistanais a rechigné à lancer une attaque d’envergure dans la région. Mais en juin dernier, après un nouvel échec dans les négociations de paix avec le TTP, Islamabad passe à l’action et lance une opération sans précédent de l’armée pakistanaise. L’attaque de l’école ce mardi a été voulue par le TTP comme une vengeance contre cette opération. «Les chasseurs de l’armée bombardent nos places publiques, nos femmes et nos enfants et des milliers de nos combattants, des membres de leurs familles et leurs proches ont été arrêtés. Nous avons demandé encore et encore qu’ils cessent tout cela», a déclaré à l’AFP le porte-parole du TTP, Muhammad Khurasani.

«MOLLAH RADIO», UN CHEF SANS AUTORITÉ

A l’origine soutenu et formé par Al-Qaeda, le TTP recouvre aujourd’hui une coalition de différents groupes jihadistes plus ou moins dissidents. Plusieurs commandants qui ont fait allégeance à l’Etat islamique ont été exclus. Affaibli par les attaques de drones américains et par les dissensions internes, le TTP a depuis un an un nouveau chef, le mollah Fazlullah, qui n’a jamais réussi à imposer son autorité. Nommé en novembre 2013 quand le précédent numéro 1, Hakimullah Mehsud a été tué dans une attaque de drone, Fazlullah vit retranché du côté de la province afghane de Kunar. Cet homme qu’on surnomme Mollah Radio en raison de ses prêches pro-charia sur des antennes locales est un fanatique opposé à toute négociation avec l’Etat pakistanais.

Les combattants des TTP seraient plusieurs dizaines de milliers. Ils sont considérés par Islamabad comme les «mauvais» talibans, à la différence de ceux du réseau dit des Haqqani, liés à l’armée pakistanaise et au renseignement militaire de l’ISI.

Tag(s) : #Nouvelles du front

Partager cet article

Repost 0