Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Monument aux morts à SENLIS (60300)

 

A l'heure de célébrer les disparus de la Grande guerre, nous nous sommes plongés dans la base de données Mémorial Genweb pour mieux connaître ces soldats tombés pour la France à raison de 700 par jours en moyenne pendant le conflit. Parmi les informations disponibles, une rapide étude des prénoms permet ainsi de raconter l'histoire d'une façon inattendue.

On ne s'étonnera évidemment pas de trouver les prénoms classiques du début du XXe siècle : Jean, Pierre, Louis, Joseph et François forment les cinq prénoms les plus frappés.

A eux cinq, ils représentent 79647 victimes, soit 8% des soldats morts pour la France lors du premier conflit mondial, sans compter leurs variantes en prénoms composés (Jean-Marie arrive en 7e position, Jean-Baptiste en 8e).

 

Mais le reste de ce terrible palmarès réserve d'autres surprises.

Des prénoms oubliés, d'abord. À la 87e position figurent les 844 Claudius morts pour la France. Entre 1900 et 1914, chaque année, ce prénom était donné à plus de 300 garçons. Le dernier Claudius recensé par l'Institut national de la Statistique (INSEE) est né en 1989.

Mohammed et Giuseppe

Des prénoms moins « traditionnels », ensuite. Si l'on regroupe les variantes Mohamed, Mohammed, Ben Mohamed et Ben Mohammed, ce ne sont pas moins de 1717 soldats qui sont tombés au combat pour la France. Largement suffisant pour intégrer la liste des 50 prénoms qui ont versé le plus lourd tribut au conflit. 1204 d'entre eux étaient nés sur le territoire algérien, 467 au Maroc et 18 en Tunisie.

En se limitant aux soldats s'étant fait recenser avec le prénom Ben Mohamed, le décompte monte déjà à 667, soit davantage que les Martin (649) ou les Mathieu (572).

En outre, les monuments aux morts pour la France sont aussi gravés de 354 Giuseppe, 280 Antonio et 260 Giovanni.

L'apport humain et militaire américain pour la victoire finale de novembre 1918 se remarque de façon tout aussi notable : un millier de John sont morts pour la France dont 797 au cours de l'année 1918. Autant que de Vincent (729), Frédéric (671) ou de au cours des quatre annéees du conflit.

Et les mortes pour la France ? 

Notre base de données recense 154 Marie, 15 Jeanne, 12 Louise, 6 Marguerite. Bon nombre d'entre elles sont des infirmières, fauchées au cours de leur soutien aux troupes.

 

295.000 Maghrébins sur le front. La France, grande puissance coloniale à partir du 19ème siècle, a utilisé les populations de ces territoires afin de constituer des régiments armés. Appelés officiellement "troupes coloniales", ils se composent des zouaves, des chasseurs d’Afrique, des spahis, des tirailleurs sénégalais, algériens, marocains et tunisiens. En tout, 175.000 Algériens, 40.000 Marocains, 80.000 Tunisiens et 180.000 Africains noirs ont combattu lors du premier conflit mondial aux côtés des "Poilus", sur le front de l'Hexagone mais aussi sur l'autre front de cette guerre, souvent oublié, celui des Balkans. 36.000 Maghrébins et 30.000 Sénégalais y ont trouvé la mort. 

 

 

Tag(s) : #On nous cache tout

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :