Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


undefined Remise de l’ordre national du mérite  par Nicolas Sarkozy à Maud Fontenoy
qui  a fait le tour du monde à la rame et à contre-courant, rien de moins ! ( photo montage ou pas ?).




V
endredi 22 février, Nicolas Sarkozy inaugurait l'Historial consacré au général de Gaulle, aux Invalides, à Paris. "Si le gaullisme est une histoire qui a encore pour nous une signification, c'est parce qu'il nous parle d'une idée de l'homme et de la politique qui a encore une valeur, et peut-être une valeur plus grande encore qu'elle n'en a jamais eu, tant la crise identitaire et morale que traverse aujourd'hui notre pays est profonde", a assuré, à cette occasion, le président de la République. Qui lui donnerait tort ?

Hélas, trois fois hélas, le chef de l'Etat s'est immédiatement employé à démentir, par ses actes comme par ses paroles, cette "haute idée" de la politique qui habitait le fondateur de la Ve République. Et à fournir lui-même l'explication de la défaveur, voire du désaveu, que lui signifient les Français, sondage après sondage.

Le général de Gaulle croyait assez à la force du langage pour ne dédaigner ni les bons mots ni même une rudesse de vocabulaire toute militaire. Mais sans jamais verser dans la saillie incontrôlée ni la vulgarité. En insultant publiquement un visiteur qui refusait de lui serrer la main, samedi, au Salon de l'agriculture, le chef de l'Etat a confirmé ce sentiment qu'il préside trop mal à ses propres emportements pour incarner une présidence sereine et maîtrisée.

La veille, déjà, il en avait fait une autre démonstration, sur le terrain de la politique pénale. En demandant au président de la Cour de cassation de lui "faire des propositions" pour permettre "une application immédiate" de la loi sur la rétention de sûreté, il a tout bonnement invité la plus haute juridiction française à l'aider à contourner la censure (très) partielle de cette loi, décidée jeudi par le Conseil constitutionnel. Que le président veuille voir ses promesses de campagne sur la détention des délinquants les plus dangereux, en particulier les violeurs d'enfants, mises en oeuvre, on le comprend. Réhabiliter la politique commence, une fois élu, par l'application des programmes électoraux.

Mais on ne condamne pas les violeurs en violant les institutions. Or c'est bien le sens de l'extravagante démarche présidentielle. Quelle que soit son insatisfaction personnelle, le président de la République est le garant des institutions. Il donne ici la très dangereuse impression de vouloir passer outre le Conseil constitutionnel, dont les décisions "ne sont susceptibles d'aucun recours", selon l'article 62 de la Loi fondamentale française. La haute politique est volontariste. Nicolas Sarkozy n'a pas tort de revendiquer cet héritage-là. Mais pas s'il s'agit d'agitation sans profondeur ni durée. Et pas au mépris des institutions de la République. Le président donne l'impression, avec la loi de sûreté, qu'il ne s'agit plus de haute politique mais d'électoralisme, à la veille d'élections locales très incertaines.

Le Monde

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :