Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Roger Cukierman, dérapages contrôlés ?

Président du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) depuis mai 2001, Roger Cukierman a multiplié les déclarations communautaristes, notamment arabophobes, poussé par sa volonté de défense inconditionnelle de la politique du gouvernement  Israélien.


Le CRIF (www.crif.org) regroupe 64 associations laïques ou confessionnelles (1) dont les plus importantes sont le Fonds Social Juif Unifié, le Consistoire Central et l'Alliance Israélite Universelle.

A peine élu, le président du CRIF provoque des premières réactions d'indignation en déclarant dans un entretien au Parisien qu' "On a eu bien tort d'attribuer à Arafat le pris Nobel de la Paix : c'est hélas le "Nobel de la guerre" qu'il mérite" (mai 2001).

Puis en septembre 2001 il déclare à Haaretz : "Lorsque Sharon est venu en France, je lui ai dit qu'il doit absolument mettre en place un ministère de la propagande, comme Goebbels." !!

Après l'accession du candidat du Front National Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle de mai 2002, il se laissera aller à quelques confidences au journal israëlien Haaret'z : "Le succès de Le Pen est un message aux Musulmans de se tenir tranquilles, parce qu'il s'est toujours opposé à l'immigration musulmane". (23 avril 2002) (2). Devant la réaction à ses propos, Cukierman démentira les avoir tenus et accusera Haaret'z des les avoir déformés..., sans jamais réclamer de démenti !

On ne peut cependant qu'être choqué de la faiblesse de la réaction aux propos du président du CRIF, qui ne provoquèrent aucun appel à la démission. Par quel curieux raisonnement ce qui serait interdit à Le Pen serait-il permis à Cukierman ?

Enfin, lors du dernier dîner annuel du CRIF en janvier 2003, où la plupart des responsables politiques se pressent pour se faire sermonner par une association communautaire dont le président n'a pourtant pas de leçons de bonne conduite républicaine à donner, Roger Cukierman dénonça "un axe rouge-Vert-brun, dérapant de l'antisionisme à l'antisémitisme". La critique de la politique du gouvernement israélien, se confondant nécessairement pour le président du CRIF avec l'antisionisme et l'antisémitisme, eux-mêmes mis sur le même plan.

Roger Cukierman a été réélu pour trois ans à la présidence du CRIF dimanche 16 mai 2004 face à Serge Hajdenberg avec 113 voix pour, 16 voix contre et 15 abstentions.

 

Tag(s) : #Who's who

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :