Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Loin, très loin de la diabolisation médiatique dont il est victime, le spectacle «Mes excuses» est avant tout le pamphlet social d’un artiste libre, qui essaie d’introduire du rire et de l’autodérision sur tous les sujets sensibles.

 

Et pour tout dire, avec maestria. Car il s’agit d’un regard décapant sur les clivages de nos sociétés actuelles, les folies renouvelées de l’humanité, d’un coup de pied dans la fourmilière des communautarismes étouffants, mais aussi d’un cri contre la manipulation des puissants, des dominateurs, des sans scrupules qui cherchent à étouffer la liberté, dont celle de la parole.

 

Dieudonné est en pleine maîtrise de son art ; il captive l’attention et se fait acclamer par un public cosmopolite, enchanté, heureux de voir qu’un artiste peut encore oser de nos jours, surtout quand ça dérange, parce qu’il met le mot là où c’est sensible. Certes il est facile de rappeler que notre pays est celui des droits de l’Homme. Mais le racisme n’est-il pas omniprésent, dans la marginalisation sociale de ceux qui viennent d’ailleurs ? Ne sommes-nous pas prisonniers d’une monstrueuse hypocrisie ?

 

Nous sommes en tout cas dans un spectacle où le rire l’emporte, où l’on comprend mieux le fil conducteur de l’humoriste. Un plaidoyer à sa manière pour plus d’humanité.

 
 
 
 
 
 
Voir et...écouter l'interview :   Dieudonné comparaît devant le bureau de la dissidence
 
 
 
Tag(s) : #Liberté d'expression

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :