Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il lance son émission TV sur le Net

 

«Bienvenue sur NoName TV, l'émission qui ne porte pas de nom. » Un jeune habitant du quartier de la Fontaine-Bertin, à Franconville, vient de lancer sa propre émission sur Internet.
Après la mise en ligne des deux premiers numéros, le bilan est surprenant. Les vidéos auraient généré plus de 80000 connexions d'après le décompte du célèbre portail YouTube. « On ne s'attendait pas à ça! » reconnaît Bahran El Fakhar, à l'origine du projet. Ancien footballeur, ce Franconvillois n'avait pourtant pas le profil d'un animateur télé. L'idée lui est venue au cours des ateliers pour les jeunes qu'il organise sur le thème des droits de l'homme, dans le cadre de l'activité de son association SMA.

Plus de 80 000 connexions

« J'ai commencé à parler de dissidence avec les enfants et je me suis aperçu que cette problématique était très dangereuse. Les jeunes tombent tout de suite dans la thèse du complot, c'est difficile de débattre. »
Bahran a donc inventé « le bureau de la dissidence ». Un plateau aménagé au centre culturel de Franconville et sur lequel sont reçus des invités dont on n'a pas forcément l'habitude d'entendre la voix; un générique digne d'un magazine d'investigation, un décor soigné, un cadrage professionnel et un présentateur qui se met lui-même en scène… L'émission affiche une identité propre dès les premières minutes.
 
Le choix d'invités controversés est assumé. Le premier à être interviewé sur NoName TV n'est autre que l'essayiste et journaliste Alain Soral dont la conversion du communisme au Front national a fait couler beaucoup d'encre. « Le but était de vraiment connaître le personnage au lieu de se limiter à la polémique », indique Bahran. Lors de la deuxième émission, le Franconvillois a reçu Etienne de Harven et Jean-Claude Roussez, auteurs du livre « les Dix Plus Gros Mensonges sur le sida », qui soutiennent que le sida n'est pas une maladie contagieuse, qu'il ne se transmet pas sexuellement et qu'il n'est pas non plus causé par le VIH…
« Nous avons essayé de reprendre les thèmes qui avaient le plus intéressé les jeunes lors des ateliers », explique l'animateur. Mais le public visé par NoName TV dépasse celui de la jeune génération. L'émission veut être « un espace de liberté d'expression totale dans les limites du respect d'autrui ». « Pour pouvoir débattre il faut écouter », affirme Bahran. Si NoName TV défend le principe du débat, celui-ci manque sans doute parfois de contradiction. « J'ai invité des contradicteurs, mais ils n'ont pas voulu venir », affirme l'animateur. Fort du succès rencontré par les deux premiers opus, Bahran prépare en tout cas déjà une nouvelle émission. « Notre invité sera Frédéric Taddeï, l'un de rares personnages de télé qui accepte justement de recevoir des dissidents. »

Le Parisien

 

 

ALAIN SORAL SUR NONAME TV 

 

 

 

 

Tag(s) : #Liberté d'expression

Partager cet article

Repost 0