Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La troupe de danseurs israéliens a fait un "bide" la semaine passée en Ecosse, grâce à la mobilisation des militants pour la Palestine, qui ont refusé qu’un régime d’oppression et d’apartheid envoie des artistes redorer son blason et tenter de faire oublier ses exactions envers tout un peuple. Ci-dessous la vidéo qui montre l’action de ces militants à l’intérieur comme à l’extérieur du théâtre.

 

 

 

 

 

 

 

On voit dans un premier temps un jeune homme qui s’excuse d’avoir acheté son billet et s’apprête à aller assister au spectacle, en expliquant qu’il ne connaissait pas la situation quand il a fait cet achat.

 

Tandis que les militants scandent : "Vos tickets sont couverts de sang", il ressort et brûle son ticket, après avoir compris que ce spectacle était l’un des maillons de la propagande israélienne.

 

A l’intérieur, la salle de spectacle est quasiment vide, indiquent d’autres militants qui se relaient pour lancer des slogans toutes les 5 minutes pendant le ballet.

 

"Bien que des tas de billets aient été distribué gratuitement par la ville, c’est un fiasco" explique une militante en racontant qu’à chaque interruption, une partie du public quitte la salle !

 

Au cours d’une discussion avec le directeur israélien de la troupe, les militants lui expliquent que son spectacle n’aurait pas été boycotté s’il avait pris ses distances avec la politique israélienne et dénoncé l’occupation, au lieu de se présenter sous la bannière israélienne. Il demande alors l’adresse e-mail des militants.

 

 

 

 

Brand Israel

 

Les dirigeants israéliens, conscients de l’effondrement de leur image dans l’opinion publique, y compris occidentale, ont  alloué des fonds considérables à une campagne internationale, intitulée « Brand Israel » (littéralement, « promouvoir la Marque Israël »).

 

Le cahier des charges, soumis aux artistes qui veulent recevoir des subventions du ministère israélien des Affaires étrangères (dirigé par ce grand homme de culture qu’est l’ex-videur de boîte de nuit Avigdor Lieberman) est explicite :

 

« L’artiste est informé du fait que s’il est fait appel à ses services, c’est dans le but de promouvoir les intérêts politiques de l’Etat d’Israël, par le truchement de la culture et de l’art, aux fins de contribuer à donner une image positive d’Israël. Il est cependant entendu que le prestataire de services ne se présentera pas pour autant comme un agent, un émissaire, et/ou un représentant du ministère ».

 

N’est-ce pas assez clair ? Lisons alors la prose d’Arie Mekel, responsable à la direction des Affaires culturelles au même ministère : « Eh oui, nous envoyons à l’étranger des romanciers et autres écrivains connus, des troupes de théâtre, nous organisons des expositions … Ainsi nous montrons un visage plus sympathique d’Israël, histoire d’en gommer l’image belliqueuse », déclare-t-il au New York Times.

 

Les danseurs de Batsheva sont l'un des rouages de cette campagne internationale d'intoxication sioniste.

 

 

 

Tag(s) : #Activisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :