Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ils pourraient parodier leur fameux mot du temps du sang contaminé et nous dire, comme on présente son coupe-file : “Irresponsables, pas coupables”. Cela sonnerait juste, parce que la France du temps présent, ses élites, n’en finit pas de s’effondrer avec une certaine lenteur épuisée, avec contrition proclamée, dénégations, impuissance, soupirs réformistes et discours chantonnant le rythme “sociétal”, les jambes trop courtes pour se retenir de toucher le fond, le souffle si court qu’elle se noierait dans un verre d'eau à moitié vide.

 

On dit bien “la France”, et pas Cahuzac, Ayraud, Hollande ou Tartempion, ou bien Libération, Le Grand Journal & Le Figaro, ou bien Copé, Sarko & Compagnie… Il n’y en a pas un pour accrocher le regard et faire naître le goût de la malédiction, pour susciter des réflexions hautes, pour vous plonger dans un abîme de méditation grave et insondable sur la décadence des grandes choses, sur la façon dont les civilisations abandonnent leur histoire, sur le sens de cette civilisation-là devenue contre-civilisation. Il n’y en a pas un, pour le moment,  qui soit à la hauteur.

 

On aurait pu écrire ces mots sans nécessité de l’incident du jour, mais il se trouve que le larron fait l’occasion. Le Cahuzac arrogant, portant beau, brillant, insupportable et magouilleur, soudain plongé dans un abîme de désespoir effondré et pour la vie duquel les rares amis qui lui restent expriment toutes les craintes possibles. Qu’on ne compte pas sur le chroniqueur pour pilonner le coupable, car ce n’était qu’un irresponsable comme eux tous. L’indignation qui s’élève c’est celle de la panique générale qui s’empare d’eux ; ce que Cahuzac a fait, affichant le soi-disant “mensonge d’État” comme manière d’être, – ce qui supposerait que l’État existe encore, – c’est témoigner symboliquement que le roi devenu République est nu.

 

Ils ne sont pas “tous pourris”. Ils sont seulement de leur temps présent, de la même matière folle et médiocre, sans rien qui dépasse, bien en rang, “bien pliés” comme ils disent. Je me demande même s’ils sont aussi vils qu’ils le paraissent. Ils sont peut-être seulement prisonniers du système et de l'époque et disons le, des contingences humaines.

 

Il n'empêche, est-ce vraiment une raison pour se résigner ?

 

Ou au contraire une raison de plus de se révolter vraiment, de s'organiser pour le prendre, ce pouvoir, de l'enlever à cette oligargie qui nous écrase , nous humilie et nous vole nos vies, cette oligargie qui écrase, humilie et nous vole notre pays.

Tag(s) : #Nouvelles du front

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :